Buts 3.4-4.3

Aujourd’hui, Saturne (R.3) se trouve en conjonction avec Mercure (R.4), nous allons donc méditer sur cette conjonction en nous référant aux Buts Lointains.

Ces Buts « furent indiqués ou révélés il y a quelques dizaines d’années par le Maître Tibétain. Ce sont les cuspides du Plan préparé par la Hiérarchie pour l’avenir « immédiat » de la race humaine. Il n’a été question que de les extraire des textes de Son Enseignement et de les numéroter selon ce qui semblait conforme à la Science des Sept Rayons. La contribution a donc été minime : les Buts abordés et traités ici sont les mêmes prévus par la Hiérarchie. C’est une inestimable opportunité de collaborer, avec nos petites forces, à la grande Entreprise. »[1]

Les Buts extraits de l’Enseignement sont sept :

  1. Restauration des Mystères
  2. Retour du Christ
  3. Initiation de Groupe
  4. Imitation de la Hiérarchie
  5. Nouvelle Culture, Nouvelle Civilisation
  6. Nouvelle Religion mondiale
  7. Ordre, Restauration du Plan

et chacun d’eux a été élaboré afin de composer un septénaire de fonctions. On a ainsi formulé une Table du Plan basée sur la loi du Son (Document : http://fr.theplanetarysystem.org/files/2012/12/TPS-Le-Son-Createur.pdf) et sur la puissance créatrice du Nombre (TPS Editor | 21 décembre 2017 | 1. But/Propos )

Un Plan quel qu’il soit, s’il est conçu et formulé d’une manière unitaire selon les règles universelles que l’on a cherchées à exposer (s’il est vraiment un Plan) n’est rien d’autre qu’une forme-pensée, plus ou moins intense et vaste, lumineuse et bien construite, bref une créature vivante et autonome, douée de sept Vortex ou Centres d’énergie qui lui assurent la Vie, la Qualité et l’Apparence.« 

Quarante deux Fonctions du Plan ont été commentées, à l’exclusion donc, des sept qui portent le nom des Buts lointains et un Groupe de personnes de nationalités différentes (qui dans ces notes est parfois appelé Système) est en train de les expérimenter depuis quelques années.

Nous publions donc des extraits des commentaires de ces Buts dont les énergies sont résonnantes avec celles des deux Luminaires qui sont aujourd’hui en conjonction :

3.4. Les quatorze règles pour le progrès de groupe

            Le système, compris comme un groupe organisé d’élèves, qui apprennent et recherchent la Vérité, sans pour autant négliger les autres Buts, est une expérimentation qui vise à l’initiation de groupe. Il faut dire que le Troisième But est peut-être celui auquel on pense le moins, car désormais nous avons compris que l’initiation n’est pas un prix ou un but en lui-même, mais l’acceptation de responsabilités plus importantes. Les membres du système reconnaissent que si toute chose est bien faite et chaque effort est bien orienté, la conscience collective de l’ensemble montrera des signes d’amélioration et d’expansion, et cela ne pourra pas passer inaperçu pour Ceux qui guident l’humanité et chaque individu. Cette attitude est à juste titre sévère, elle est en somme, typique du disciple qui marche vers ces Sommets. L’initiation de Groupe, cependant, est une nouveauté absolue pour la vie planétaire, et le Système s’offre à la Hiérarchie comme une opportunité d’expérimenter ses nouvelles techniques : ainsi la glorieuse perspective du troisième But lointain est un champ de Service.

De ce postulat découle ce qui suit. Au Groupe, il est demandé un tel détachement de soi, qu’il parvienne à considérer même son propre progrès, comme une occasion de servir. En langage moderne on pourrait dire qu’il se propose d’être comme une « expérience pilote », acceptant librement les risques que cela comporte, sans trop penser aux éventuels résultats. Vu sous cet angle, le troisième But assume des caractéristiques particulières. Plutôt que de se diriger vers le But, le Groupe se laisse attirer, et l’approche est proportionnelle à la mesure du progrès réalisé dans les six autres directions. D’autre part, si l’approche accomplie vers ce troisième But était connue, des indications valables sur l’avancée vers tous les autres buts pourraient être obtenues.

Cette réciprocité implique que le troisième But soit synthétique et que les signaux qui en émanent éclaircissent la situation générale. En d’autres termes, si on progresse dans sa direction, c’est seulement parce qu’on avance dans les autres ; au cas contraire, on reste bloqué partout.

Le troisième But, par rapport au Groupe, est comparable au Soleil qui éclaire tout le Système mais que personne ne regarde, car sa lumière est insoutenable. Cette comparaison n’est pas déplacée puisqu’on sait que toute initiation n’est qu’une étape vers ce Centre suprême.

Avancer de cette façon, sans penser ou regarder le But, serait difficile, voire impossible sans un Guide. La Hiérarchie a prévu cette difficulté et a préparé et transmis une série d’instructions lumineuses, bien que, pour diverses raisons, voilées par l’arcane. Ces règles, avec un commentaire, indiquent le chemin le plus sûr vers le troisième But, qui procède du niveau le plus bas de l’esprit rationnel et concret, au niveau intuitif le plus élevé. Il s’agit de quatorze phases, concernant le même nombre de Règles.

Cet ensemble bien fondé de préceptes est certainement un Vortex d’énergie et, en traçant le Plan pour le Groupe, il semble être reconnaissable dans la relation entre le Trois et le Quatre. Ces deux valeurs sont, en fait, actives dans la phase du discipulat pendant laquelle l’imitation (4) du Maître (3) est indispensable. Le rapport entre ce Dernier et l’Elève est précisément l’objet de la fusion entre le Deux et le Trois (voir les Vertex 2.3 et 3.2) ; mais le Quatre par sa nature est si étroitement lié au Deux, que dans cet intervalle ce processus se renouvelle. Ici, cependant, le Maître est la véritable Règle de l’Art, que le disciple doit écouter, comprendre et pratiquer. En outre, l’action du Trois se révèle comme le programme, divisé en classes, sections ou phases distinctes et graduées, préparé comme un moyen pour atteindre l’objectif. Le Quatre représente la totalité du groupe humain (le quatrième règne de la nature) qui, dépassant la pensée séparative, s’expose au Soleil (3), centre dynamique du Monde de Feu.

Il s’agit vraiment de la conscience collective ou unifiée du Groupe: s’élever graduellement, selon les Règles. Ce fait implique pour chacun l’abandon d’un monde usuel et familier pour forcer un passage critique et inévitable. Tout ceci pendant que le Groupe construit une grande forme-pensée qui donnera naissance à beaucoup d’autres formes mentales pour le bénéfice futur de la race humaine. Ces formes suivront le chemin opposé, à celui ascendant du Groupe, et descendront du Monde des Idées (le quatrième plan) pour se manifester dans le monde matériel. Le troisième But diffère des autres aussi sous cet aspect : il suggère au mental l’image d’un ballon aérostatique qui s’élève dans la mesure où on libère du lest ; c’est un bel exemple de comment on doit procéder, quand il n’existe aucune prise.

L’équilibre produit par le Quatre n’est pas statique, ce qui signifierait un renoncement au progrès, une absurdité, mais il est dynamique et produit du mouvement. Cet aspect est généralement peu connu de l’élève, qui a tendance à y voir une faculté réfléchissante plutôt qu’une énergie propulsive.

Le Vertex qui gère cet intervalle (3.4) est comparable à un élève qui est « chef de classe », responsable de la relation entre le Professeur et ses camarades. Ce n’est pas une fonction peu importante, comme cette dernière phrase pourrait le faire croire, et doit être vécue comme une expérience spirituelle profonde et décisive, pleine de responsabilités et de développements. Répondre du Groupe face à la présence du Maître exige beaucoup de dévouement, et est donc un sacrifice.

****

4.3. Rapports harmoniques dans le Groupe et entre les Groupes

L’énergie du Quatre est la régulatrice suprême de toute relation, sur n’importe quel niveau où elle s’est formée et agit. C’est parce que sa nature est la centralité, de sorte qu’elle contrôle toutes les symétries et consonances. C’est la continuelle découverte de l’Infini et elle rejette la séparation comme étant une hérésie cosmique. Le Quatre surveille la frontière (irréelle) entre le monde formel et informel, non pour bloquer le passage entre eux, mais pour le conserver ouvert et praticable.

Dans la sphère planétaire, cette Fonction appartiendra un jour à l’homme qui, à présent, est immature et n’est pas à la hauteur de ses possibilités spirituelles ; pour cela, toute tentative de le diriger vers sa mission est bénéfique.

Le Quatre est également porteur d’une autre qualité aujourd’hui moins connue, mais non moins importante : il produit le mouvement d’ascension, arrangeant les conflits en « parties harmoniques » C’est le créateur de Beauté. Il est la Beauté.

L’étude de ce Vortex a à voir avec la question des rapports internes, c’est-à-dire entre les différentes énergies du Plan, ainsi que des rapports avec l’extérieur, entre celui-ci et les autres Plans. Le problème est très récent et on l’examinera à partir des propositions énoncées dans l’Introduction, qui présentent le Plan comme unitaire et donc septénaire, riche d’énergie vitale. Les sept émanations divines s’entrecroisent par ordre et selon des proportions rigoureuses et harmoniques, composant ainsi les quarante-deux Vortex qui sont l’objet de cette étude.

Si on tient compte que le Trois est l’énergie qui innove et planifie, la réponse intelligente à la volonté d’aimer, le Vortex 4.3 semble être destiné à contrôler la structure entière du plan, de sorte que chaque Vortex soit dans un équilibre dynamique et en harmonie avec les autres, pour le but unique du Bien commun que le Plan poursuit. De cela dépend l’accomplissement du but, ou, en des termes plus retentissants, la victoire. Le 4.3 est ainsi un mécanisme très sensible et délicat, très précieux pour le succès et le bien-être final.

La pratique confirme chaque jour, qu’en dépit de la perfection possible et théorique, les rapports énergiques des différents Vortex sont déséquilibrés, ou discordants, et qu’ils varient entre les hauts et les bas. Ceci dépend surtout du fait qu’ils sont contrôlés par des élèves, et pas par des Maîtres, et de plus par des élèves inexpérimentés qui affrontent leurs premières épreuves ; mais également par une autre cause plus décisive : certains rayons (le premier, quatrième et sixième) ne sont pas aujourd’hui en manifestation, mais sont intérieurs, et se présentent donc dans le monde seulement par leurs contreparties qui vivent dans les autres (le second, le troisième, le cinquième et le septième).

Ceci se traduit par le fait que beaucoup de Vortex sont alimentés par des énergies qui ne sont pas à l’état pur, mais colorées par d’autres qualités et sont donc secondaires. Le Vortex 4.3, par exemple, est influencé par l’absence manifeste du Quatre, substitué par un mélange de 2.4, de 3.4, de 5.4 et de 7.4.

On voit par là combien il est nécessaire de faire face à des nécessités et lacunes diverses et inévitables, tout en faisant abstraction du manque de connaissances ou d’expérience des Travailleurs.

Une fois le problème vu et reconnu, comment pouvons-nous le résoudre, ou le rendre moins grave ? De telles questions peuvent nous décourager, mais nous devons les poser avec clarté. En attendant d’en savoir plus, il est toujours de bonne règle de commencer par ce qui est possible et réalisable, même si c’est de portée modeste.

Là où des dissonances sont enregistrées, il est nécessaire d’exercer l’amour, la compréhension et la tolérance. Il est presque toujours possible de compenser le déséquilibre énergétique d’une fraction du Plan par une mesure d’abnégation. Un art du compromis existe qui, sans donner lieu au désordre, évite les pires explosions. Il y a des cas et des questions où le compromis est nécessaire, sans être humiliant : il s’agit des nombreuses occasions où il est question de principes secondaires, qui n’interfèrent pas gravement avec les résultats supérieurs du Plan. En plus, la vraie flexibilité vis-à-vis des situations transitoires permet de reprendre la juste route lorsque celles-ci perdent leur raison d’être, ce qui tôt ou tard arrive, car, par leur nature, elles sont passagères.

C’est un art que de diriger un navire fouetté par la tempête et on l’apprend en navigant, certainement pas à l’abri dans un port. La volonté impérieuse de viser un But sans dévier, quoiqu’il en coûte, n’en est pas moins précieuse et noble. En sachant ralentir quand c’est nécessaire, quitter la route afin de mieux recevoir l’arrivée de la vague et y retourner aussi vite que possible, nous pouvons sauver le bateau et son chargement.

Le Vertex qui préside le 4.3 est symboliquement le timonier du Système, tandis qu’il navigue vers sa destinée. Ce n’est pas la tâche du timonier de tracer la route, ni le But, ni de répartir le travail de l’équipage, mais la main qui tient le gouvernail est la sienne ; le timonier est l’œil qui observe et évalue la vague qui approche. C’est lui qui décide de stabiliser le cap ou de le lâcher, s’il vaut mieux  risquer un brusque roulement ou éviter le pire en accostant légèrement. Le Symbole est reconnu facilement et, du reste, chaque homme sait qu’il est le timonier de lui-même. C’est la raison pour laquelle la tâche du Vertex 4.3 est partagée parmi tous les membres du Système, ce qui allège considérablement le fardeau de ses responsabilités.

Telle est la réponse possible pour le moment à cette grave question initiale ; elle s’applique tant au sein du Système et de son Plan que dans les rapports avec les autres groupes et les autres Plans : suffisamment de flexibilité pour assurer la réalisation stricte et rigoureuse de l’objectif. Tout ceci est le sujet de la science de l’Harmonie, la seule à prévoir et à proportionner même le degré de compromis, dans certaines conditions et circonstances. Son application à la vie et au travail, c’est-à-dire aux rapports humains, soulage les souffrances de tous les jours et est essentielle pour gérer ces intervalles ou rapports d’énergies qui naissent entre les groupes qui collaborent. De leur consonance dépend l’issue de l’Œuvre.

Le Système, comme il a déjà été dit, est un gymnase ou un laboratoire où la science grandissante des relations humaines peut être exercée. C’est un groupe égoïque et il est donc sûrement harmonieux dans ses relations intérieures et réelles, et ceci réduit grandement la gravité du problème. Cependant, en raison du manque d’habilité de ses membres, leurs personnalités, qui ne sont pas entièrement contrôlées, entrent en jeu, et ici des perturbations et des troubles prévisibles surgissent ou peuvent surgir, mais également de merveilleuses opportunités d’apprendre à « vivre comme une âme » et à démontrer la capacité à le faire. Cette interaction complexe d’échanges réciproques est le champ où œuvre la sagesse du Quatre, et nous ne connaissons pas de meilleure énergie pour compenser les excès ou les carences de l’une ou de l’autre partie, ou des deux. En plus, lorsque le Quatre s’unit au Trois, sa capacité spontanée de sacrifice devient programme et prévisions. Il en découle l’intelligente, flexible et harmonieuse conduite de l’ensemble, gérée par le cœur.

À cause de ce lien étroit qui unit le Quatre au Sept (4+3 = 7) le Vortex 4.3 est très semblable au 7.4, auquel le lecteur se référera.

[1] Extrait de l’Introduction du  document « Les Buts Lointains » d’Enzio Savoini (Traduction en cours en de correction).

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire