1. But/Propos

1. But/Propos

The Planetary System se propose de mettre en place « l’Atelier de la pensée », un lieu symbolique auquel tous les hommes qui aspirent au Service Planétaire pourront entrer. Dans cet atelier, les ouvriers apprendront le pouvoir d’agir, de concevoir et de construire de manière libre, mais en coopérant avec l’ensemble des systèmes de pensée au sein de l’Espace qui les accueille et qui les nourrit d’une énergie vitale.

Au sein de cet Atelier, il n’y a pas d’instructeurs qui répètent patiemment leurs leçons ; tout le monde enseigne à tout le monde, et chacun est libre de choisir et de changer son modèle. C’est l’une des raisons pour lesquelles les étudiants sont toujours des étudiants et les enseignants n’enseignent pas. La qualité et la lumière de la pensée, et la chaleur qui s’en dégagent, attirent et guident les étudiants.

L’Atelier dont on parle n’est pas enfermé dans un hangar, aussi grand que l’on puisse l’imaginer : il est à ciel ouvert et on y voit le Soleil et les autres étoiles. C’est le grand Atelier de la vie cosmique. Il est secret et pourtant si évident. Tous peuvent le fréquenter. Certains y apprendront quelques leçons, mais tous suivront ses cours.

Dans l’Atelier, l’homme voit et reconnaît que « construire une pensée est un art ». Ceci ne s’apprend pas dans un court laps de temps, mais apparaît à chacun, selon ses divers degrés de compétence. L’Atelier de la Pensée est l’école idéale, qui sans corps enseignant, sans mesures contraignantes, sans divisions rigides entre les classes supérieures et inférieures, sans distribution de diplômes, laisse les étudiants libres de choisir et de changer la direction de leurs études, ne les amenant pas tous au même niveau, mais à la maîtrise de tous les sujets qui sont variés et différents pour chacun.

Les élèves apprennent de l’Un, et, une fois l’école terminée, tous seront différents, mais coopéreront en toute liberté. Dans cette Université universelle, les niveaux d’apprentissage sont innombrables, et disposés de manière à être utilisés par n’importe qui, puisqu’en l’absence de tout professeur, tout le monde est en même temps étudiant et enseignant. L’art de construire les pensées, de les forger, et de les rendre transparentes, et enfin claires est ainsi transmis par le Haut.

Les prémisses que l’on vient d’exposer, qui ne concluent pas mais ouvrent des voies et des perspectives toujours nouvelles, suscitent des demandes auxquelles on répondra par degrés, conscients de notre humble position, qui cependant est noble :

– Comment se construit une pensée ?
– Quelle pensée construire ?
– De quelle manière ?

Le cœur sait comment et quoi dire, dès que les vibrations alternées de la raison se sont apaisées. Il y a deux routes principales qui mènent à l’utilisation du mental supérieur, et de chacune d’elles découlent des ramifications qui les relient :

1. Oublier le soi inférieur.
2. L’observer avec une grande attention.

La première et la deuxième route sont à parcourir simultanément. Les deux routes éloignent de la personnalité : la première en oublie l’existence menant ainsi au monde de l’Etre, et la seconde en observe les activités comme si elle était un autre organisme, extérieur au Centre d’observation.

***

Voir aussi l’Introduction aux Directions de travail.

Les commentaires sont fermés.