Le Pouvoir du Mot (suite)

De nouveau, Mercure rencontre Neptune dans notre Ciel ; une fois de plus, leur note commune nous invite à réfléchir sur l’Origine du Mot, et son Pouvoir créateur. Le 29 Août, nous avions déjà abordé le Pouvoir du Mot[1], et nous allons poursuivre aujourd’hui sur ce sujet.

            [2] »La base de tout phénomène manifesté est l’émission du son ou du Mot prononcé avec puissance, c’est-à-dire avec toute la force de la volonté [Sachant que seule l’âme peut employer ses Mots et sons avec les résultats désirés, qui sont toujours sur la ligne du Plan divin]. Comme on le sait, c’est en cela que réside la valeur de la méditation, car celle-ci produit finalement ce but dynamique, ce recueillement et cette idéation intérieure qui doivent invariablement précéder l’émission d’un son créateur. Lorsqu’il est dit que le Logos a créé les mondes par la méditation, cela signifie que, dans Son propre centre de conscience, il y eut une période pendant laquelle Il réfléchit et médita sur les desseins et les plans qu’Il avait en vue, période pendant laquelle Il visualisa en Lui-même l’ensemble du processus mondial comme un tout parfait voyant la fin depuis le commencement, et conscient des détails de l’œuvre accomplie. Ensuite, lorsque sa méditation prit fin et que le tout apparu comme une image parfaite à Sa vision intérieure, Il employa un certain Mot de Pouvoir qui lui avait été confié par « Celui dont rien ne peut être dit« , le Logos du Système cosmique dont notre système n’est qu’une partie. Les initiations cosmiques et logoïque ne nous concernent pas, si ce n’est en tant que leurs prodigieux prototypes se reflètent dans les initiations humaines, mais il est intéressant pour l’étudiant de comprendre que, de même qu’à chaque initiation, un certain Mot de Pouvoir est confié à l’initié, de même il fut confié au Logos le Grand Mot de Pouvoir qui engendra notre système solaire, ce mot est le « Mot Sacré » ou AUM. Il faut se rappeler que ce son AUM représente l’effort de l’homme pour reproduire, à une échelle infinitésimale, le triple son cosmique qui permit la création. Les Mots de Pouvoir de tous degrés ont une triple séquence.

Premièrement, ils sont énoncés par une entité pleinement auto-consciente, et ceci a toujours lieu après une période de délibération ou méditation pendant laquelle le but est visualisé dans sa totalité.

Deuxièmement, ils affectent le règne des dévas et produisent la création de formes. Ceci se passe de deux manières :

  1. Les dévas sur le sentier évolutif, les grands constructeurs du système solaire et ceux, au-dessous d’eux, qui ont dépassé le stade humain, réagissent au son du Mot et collaborent consciemment avec Celui qui l’a émis et ainsi le travail est exécuté.
  2. Les dévas sur l’arc involutif, les constructeurs inférieurs qui ne sont pas passés par le stade humain, réagissent aussi au son, mais inconsciemment ou par nécessité, et par le pouvoir des vibrations ainsi engendrées, construisent avec leur propre substance les formes requises.

Troisièmement, ils agissent comme un facteur déstabilisation, et aussi longtemps que la force du son persiste, les formes maintiennent leur cohésion. Par exemple, lorsque le Logos cesse de faire résonner le Mot Sacré, AUM, et que les vibrations s’arrêtent, il s’ensuit la désintégration des formes. Il en est ainsi, depuis le Logos Planétaire jusqu’au bas de l’échelle.

Les Mots de Pouvoir ou les transpositions de l’AUM existent dans tous les tons, dans la note sensible et les quarts de ton, et sur ces nuances du son, l’œuvre de la création est construite et maintenue. Une multiplicité de sons existe dans chaque grand son et affecte différents groupes. Il faut se rappeler également, que généralement parlant, les sons dans le système solaire se répartissent en deux groupes :

  • Les sons « initiateurs », ceux qui produisent la manifestation ou les phénomènes de tout genre, sur tous les plans.
  • Les sons « résultants« , de ceux qui sont produits de l’intérieur des formes elles-mêmes durant le processus évolutif et qui sont l’ensemble des tons de chaque forme dans n’importe quel règne de la nature. Chaque forme possède de même un ton qui est produit par les sons infimes émanant des atomes qui la composent. Ces sons proviennent de l’autre groupe et affectent des groupes ou règnes inférieurs (si le mot  » inférieur » peut être utilisé en parlant d’un département quelconque de la manifestation divine). Le règne humain, par exemple (la quatrième Hiérarchie créatrice), fut engendré par un triple AUM, émis à l’unisson dans une clef particulière par les trois personnes de la Trinité – Dieu le Père, Dieu le Fils et Dieu le Saint Esprit, ou Shiva, Vishnou, et Brahma. Ce son résonne encore ; le jeu et le mélange des multiples notes minuscules de chaque être humain produisent un grand son unifié qui peut être entendu dans les Hauts Lieux et qui produit à son tour un effet déterminé sur le règne animal. C’est un des facteurs qui crée les formes animales à l’usage des hommes et des animaux car il ne faut pas oublier que l’homme relie l’animal au divin.

Il n’est pas possible ni opportun d’énumérer les Mots de Pouvoir, mais certaines indications générales peuvent être données qui aideront l’étudiant à réaliser quelque peu la grandeur du sujet et sa complexité.

Le Grand Mot émis par le Logos du système solaire et qui Lui fut transmis par Son supérieur.

  • Les trois Mots émis par le Logos Solaire à chacun des trois Logoï comme suit :
  • a) Le son sacré, A Shiva, Celui qui incarne l’Esprit ou aspect volonté. C’est le mot par lequel œuvre Dieu le Père.
  • b) Le son U, à Vishnou, Dieu le Fils. Il est le bâtisseur des formes et fournit le corps que doit occuper l’Esprit, rendant ainsi possible l’incarnation divine. A est le son de la Vie, U, celui de la forme.
  •  c)Le son M, à Brahma qui, étant Celui qui fournit l’énergie, relie en intelligence active l’Esprit et la forme, ou le « Moi et le non-moi ».

Faisons remarquer ici que l’étudiant qui méditera intelligemment sur ces fonctions acquerra beaucoup d’éclaircissements quant aux trois départements de la Hiérarchie.

  1. Les Sept Grands Mots de nouveau basés sur Trois sons sacrés A U M. Ceux-ci ont produit la création ou manifestation des sept plans de notre système solaire. ils ne sont pas confiés à des entités humaines, mais aux sept Grands Dévas ou Seigneurs -Rajas qui sont les vies animatrices d’un plan, c’est pourquoi leur collaboration est nécessaire aux différents initiations, avant que ces mots-clefs puissent être confiés à l’initié.
  2. Quarante-neuf Mots, relatifs aux quarante-neuf sous-plans ou Feux. Ceux-ci sont également confiés aux quarante-neuf constructeurs de feux sacrés.

Ces deux derniers groupes de Mots sont sous la juridiction du troisième aspect, et sont donnés par Brahma.

5. Il y a en outre Cinq Grands Mots avec des signes qui sont dans le département de Vishnou, Dieu le Fils, et sont prononcés par Lui. C’est eux qui ont créé les cinq règnes de la nature sur l’arc évolutif :

(a). le règne minéral

(b). le règne végétal,

(c). le règne animal

(d). le règne humain,

(e). le règne spirituel.

Ceux-ci sont des transpositions du son U, ou sont édifiés sur lui ; ceux énumérés précédemment sont édifiés sur le son M.

A propos des trois premiers règnes cités, il serait intéressant de noter qu’ils sont basés sur deux noms, le U énoncé sur la tonique de base M. Dans le quatrième règne, le ton M meurt et les deux notes émises sont le U et le A. Dans le cinquième règne, le M a subsisté en ton sourd et lointain, le U lui se mêle à lui de telle sorte qu’on ne peut les distinguer l’un de l’autre, et le A, ou note de Shiva, résonne avec puissance et est presque la seule note que l’on entende. En faisant résonner cette note – celle de Shiva le Destructeur – le non-moi est nié et tout ce qui n’est pas Esprit est dissous. C’est l’intervention du son A qui produit la séparation ou libération de l’initié des trois mondes.

  1. Certains mots sont également confiés à chacun des Logoï Planétaires, et sont les fondements de la manifestation planétaire. Il est reconnu que le Fa est la note (le son) de l’aspect de Brahma ou troisième aspect de notre Logos Planétaire particulier, et l’on trouvera en cela beaucoup d’éclaircissements quant à Son point d’évolution, car on voit immédiatement que le son A commence à atteindre même le plan physique dense.
  2. Au sein de notre propre Hiérarchie, il y a quantité de mots construits sur le Grand Mot de notre Logos Planétaire ; ils sont confiés aux chefs des Départements qui, à leur tour, les transmettent dans leur ordre de transposition aux initiés de tous rangs. Que l’étudiant ne confonde pas mots et sons, car le mot voile la pensée, l’idée ou le but proposé, et le son permet la manifestation dans une matière quelconque sur l’un ou l’autre des sept plans.

Nous ne pouvons pas retracer ici l’extension qu’on prise les mots de base, depuis leur énonciation par les entités cosmiques jusqu’aux différenciations infinitésimales produites dans le langage de l’homme, dans l’expression vocale des animaux et le chant des oiseaux. Tous sont à un certain degré une manifestation du principe conscient et tous produisent un effet. Ce que l’initié apprend à faire, c’est à émettre consciemment des sons, afin de produire un résultat calculé et voulu ; à prononcer des mots et à être pleinement conscient et averti des conséquences qu’ils auront sur tous les plans ; à créer des formes et à diriger l’énergie au moyen des sons sacrés, coopérant ainsi aux fins de l’évolution.

Il a été nécessaire de faire cette digression avant de considérer la transmission des « mots » à l’initié, afin de souligner l’importance fondamentale du sujet, et de justifier ainsi pourquoi cet aspect du travail divin est tenu soigneusement secret. »

D’autre part il faut savoir que:

[3]« 1. Tous les Mots de Pouvoir ont leur racine dans le Grand Mot confié au Logos Solaire à l’aube de la manifestation.

 2. Tous les Mots de Pouvoir sont des transpositions ou développement des trois sons de base ; ils s’allongent au fur et à mesure qu’ils descendent de plan en plan, jusqu’à ce qu’ils parviennent aux phrases et aux paroles de l’homme, dans leurs innombrables différentiations.

3. C’est pour cela que, sur le sentier du retour, la parole se fait de plus en plus brève, les mots sont employés plus parcimonieusement, et finalement il arrive un moment ou l’adepte emploie des formules de mots, uniquement lorsque cela est nécessaire pour mettre à exécution certains projets spécifiques, et ceci selon deux voies :

(a). par des processus créateurs définis,

(b). par une direction spécifique d’énergie.

(c). Ceci naturellement se passe sur les niveaux des trois mondes.

4. C’est pourquoi l’aspirant a principalement trois choses à faire lorsqu’il se prépare à l’initiation :

(a). Être maître de chaque activité de sa triple nature inférieure

(b). Être maître de ses paroles, à chaque minute de chaque jour.

(c). Méditer et réaliser ainsi le dessein de l’Ego.

5. Chaque grand mot inclut en lui-même ses différenciations, ses extensions et transpositions, et, en le proférant, l’initié met en mouvement le plus petit, par la vibration du plus grand […]

6. Les Maîtres et les initiés, dans leur coopération à l’évolution dans les trois mondes, s’occupent principalement des sept syllabes du Mot de Leur degré ou rang initiatique. Les trois Mots qui fusionnent les sept sont rarement utilisés, sauf avec le consentement direct de l’un des Chefs départementaux (suivant la syllabe dont il s’agit, chaque mot est en rapport direct avec le triple AUM, et par conséquent avec l’aspect Brahma, Vishnou et Shiva, dont les trois Chefs sont les représentants planétaires).

Lorsqu’un initié désire se servir, à des fins évolutives, du Mot entier comme unité, le consentement de toute la Loge doit être obtenu, car un tel Mot affecte la matière d’un plan tout entier au sein d’un système planétaire, et en conséquence, la matière de ces plans qui sont subsidiaires du plan en question.

7. Chaque Mot, différencié ou synthétisé, affecte les royaumes des dévas et ainsi la construction des formes. Aucun son n’est jamais émis sans provoquer une réponse correspondante dans la substance des dévas et sans contraindre une multitude de vies infimes à prendre des formes spécifiques. Ces formes persistent et accomplissent leurs fonctions aussi longtemps que résonne le son qui les a engendrées et que l’énergie de volonté définie de celui qui l’a émis, est dirigée vers la forme vivante. Il en est de même pour un Logos Solaire quand il prononce le AUM et crée ainsi un système solaire ; pour un Logos Planétaire quand il prononce Son Mot planétaire et produit un système planétaire ; pour un adepte qui produit des résultats sur le plan physique afin d’aider l’humanité

8. Chaque Mot prononcé se distingue par :

(a). une certaine couleur,

(b). un certain ton,

(c). une certaine forme,

(d). un certain degré d’énergie ou d’activité,

(e). la nature de la vie qui l’anime, auto-consciente, consciente ou inconsciente ; Dieu, homme ou déva.

9. Le grand Mot de notre système solaire s’accorde, si l’on peut s’exprimer ainsi, avec d’autres Mots et n’est qu’un des Mots du Mot septuple, connu de cette grande Existence Qui se trouve dans le même rapport vis-à-vis du Logos Solaire que ce dernier vis-à-vis du Logos Planétaire. Les Mots Sacrés de sept systèmes solaires (dont le nôtre en est un) constituent ce son septénaire qui vibre actuellement dans les sphères cosmiques.

Ces neuf propositions résument très brièvement les vérités majeures concernant les processus de la création dans le système solaire.

*

[4] »Le son de l’AUM, le son de l’OM, et le SON lui-même sont tous liés à la vibration et à ses effets différents et variés. Le secret de la Loi de Vibration est révélé progressivement à mesure qu’on apprend à émettre la PAROLE dans ses trois aspects. Les lecteurs feraient bien de méditer sur la différence entre le souffle et le son, entre le processus de la respiration et celui de la création d’une activité vibratoire. Ils sont connexes, mais distincts l’un de l’autre. L’un est relié au Temps et l’autre à l‘Espace. L’Ancien Commentaire l’exprime comme suit : « Le son, le son final et pourtant initial, concerne ce qui n’est ni le Temps, ni l’Espace. Il gît en dehors du Tout manifesté, il est Source de tout ce qui est, et pourtant il n’est rien. »

[1]. TPS Editor | 29 août 2017 | Etymosophie

[2]. [Initiation Humaine et Solaire- [email protected] à 140 –édit. Angl.]

[3]. [Initiation Humaine et Solaire[email protected] à 144 – édit. Angl.)

[4]. [Traité sur les Sept Rayons – volume IV – Guérison Esoté[email protected] – édit. Angl.)]

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire